Rechercher
  • Gilles

L’Homme sacré – La notion de Mannhelgi


Proposition de loi aux législateurs.


Régis Boyer, érudit de la culture scandinave, relève dans une de ses études sur la pratique spirituelle des Anciens scandinave la présence dans « la juridiction nordique de la notion, qui avait été mis au premier plan de la loi, de Mannhelgi. Cette notion postule, en chaque homme, l'existence du double, non pas platement, mais par sa participation à l'ordre divin. Mannhelgi, c'est le sentiment intime, en tout homme (et femme), de la protection divine attachée à sa personne, ou de sa participation à l'ordre divin, qui fonde la légitimité de son être, de ces biens de son honneur, de la paix qu'il est en droit d'exiger.

En d'autres termes, c'est la justification et l'expression de son inviolabilité, de son caractère sacré (helgi : sacré - mann : homme). Qui attente à ma personne, à celle des miens ou à mes biens, ne blesse pas seulement mon intégrité, physique ou morale, il viole le sacré auquel je participe, auquel je suis intéressé, comme on dirait en jargon financier moderne, et j'en ai la certitude puisque je me suis habité (hamr), suivi (fylgja), animé (hugr) par des émanations de ce Destin divin ou de ce sacré transcendant dont les innombrables populations célestes que connaîssait la Scandinavie ancienne », et qui sont toujours vivantes aujourd’hui, de façon différente, mais notable, et qui se manifestent avec plus ou moins de conscience, mais de plus en plus fréquemment, chez nombres de contemporains. « Le fond de toute législation scandinave ancienne, c'est qu'il est essentiel de ne pas violer sa propre Mannhelgi, non plus que celle d'autrui. »


Faudrait-il créer un assemblée nationale populaire et promulguer de telles lois afin que le vivant et sa participation à l’ordre naturel et cosmique soit entendu, respecté et défendu ?


26 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout